Epidémie de coronavirus : renforcer son immunité naturellement grâce à la naturopathie

Par Tiphanie Tueni, Naturopathe à Paris 16 Passy - La Muette


Face au coronavirus qui s’étend et la panique qu’il suscite, il est de mon devoir, en tant que naturopathe, de partager les moyens grâce auxquels nous pouvons renforcer notre immunité et notre résilience !


Que ce soit le SRAS, le H1N1, le coronavirus….. Il faut savoir que la santé est en réalité très simple et que la méthode pour se renforcer est toujours la même : se rapprocher le plus possible d'un mode de vie conforme à la physiologie humaine afin de renforcer notre réponse immunitaire face aux pathogènes.

En raison de la migration humaine mondiale, nous ne pouvons pas contrôler la prolifération des virus et autres agents pathogènes, mais nous pouvons transformer nos corps en hôtes inhospitaliers pour ceux-ci !

Plus on s’éloigne des lois naturelles régissant notre physiologie, moins notre réponse immunitaire sera efficace. En effet, celle-ci est mise à rude épreuve en présence des facteurs suivants, qui sont devenus notre lot quotidien dans les sociétés occidentales :


  • Une inflammation chronique

  • Une exposition aux toxines exogènes et perturbateurs endocriniens

  • L’accumulation de toxines endogènes …et donc la saturation des organes émonctoires

  • La fréquence de notre alimentation, à ce jour trop élevée, provoquant à chaque fois que nous mangeons des pics de glycémie puis d’insuline, et potentiellement à long terme une résistance à l’insuline et à la leptine (l’hormone de la satiété)

  • Un sommeil de mauvaise qualité/ non réparateur

  • Une alimentation dépourvue de nutriments ou une biodisponibilité insuffisante et mauvaise assimilation des nutriments...

  • Et surtout, notre niveau de stress qui est tout sauf physiologique :

  • tant le stress oxydatif, c’est-à-dire l’excès de radicaux libres au niveau cellulaire, qui peut par exemple être provoqué par un excès de sport

  • que le stress psychologique qui provoque une décharge du système nerveux sympathique (l’état de fight or flight d’après Walter Cannon) dont découle tout une cascade de réactions biochimiques (notamment l’élévation de l’insuline). Cette réaction est la même que nous soyons confrontés à un ours ou assis à notre bureau, dans l’incapacité de répondre à une remarque hostile de notre supérieur hiérarchique. Ce qui n'est pas physiologique de nos jours, c'est la fréquence des facteurs de stress et l'absence de récupération / de repos après chaque stress, d'où un taux de cortisol trop élevé qui met notre immunité au second plan.

Nous avons la capacité d’avoir une hygiène de vie MEILLEURE que celle des personnes vivant dans les zones bleues

Tous ces éléments font que notre réponse immunitaire est diminuée. Or nous sommes à une époque où les personnes migrent de plus en plus….et avec elles les pathogènes auxquels notre microbiote n’est pas adapté (d’où la turista lorsque nous voyageons).


Parallèlement, nous avons la capacité d’avoir une hygiène de vie MEILLEURE que celle des personnes vivant dans les zones bleues (zones dans le monde qui battent les records de longévité en bonne santé) puisque nous avons à portée de mains des myrtilles bio du Chili, des bananes bio d’Ecuador, ou encore des plantes adaptogènes venues des hauts plateaux russes….


Plus que jamais, nous possédons la capacité d’agir sur notre état de santé. Nous ne pouvons contrôler la prolifération des virus et autres pathogènes avec la migration humaine, mais nous pouvons faire de nos organismes des hôtes inhospitaliers!


Il ne s'agit pas de tuer le moustique, mais d'assécher le terrain

En cultivant notre terrain ou écosystème intérieur, et donc notre système immunitaire (lequel passe par une bonne alimentation et assimilation, une barrière muqueuse intestinale intacte, un microbiote le plus varié et équilibré possible, et des émotions positives), les pathogènes n’ont qu’à bien se tenir!


C’est sur CE plan que nous devons nous concentrer à l’échelle individuelle.


Comment renforcer son organisme?


Voici 11 moyens de renforcer son terrain biologique :


  • éliminer ou réduire au maximum notre exposition aux toxines (tabagisme, dont le tabagisme passif, alcool, polluants environnementaux, perturbateurs endocriniens et xénohormones, pesticides, herbicides, OGM...)

  • une alimentation dense en nutriments, donc bio ET cultivée sur une terre fertile et riche en minéraux, de saison, cru ou cuite à basse température, et la plus variée possible.

  • faire attention aux combinaisons alimentaires, par exemple manger les fruits seuls afin d'éviter toute fermentation (ce sujet fera l'objet d'un article à part entière) et manger moins souvent (mais pas forcément moins!) pour ne pas sursolliciter le pancréas

  • réduire au maximum les sources de stress et trouver une méthode personnalisée pour gérer son stress (l’auto-massage, l’EFT, la relaxation, la pleine conscience, la méditation, la marche en extérieur, le yoga, le taï chi, l’exercice physique, la respiration, la gestion des émotions - savoir que nous pouvons choisir notre réaction face à tel ou tel stresseur…)

  • privilégier le repos dès que possible (le repos, le vrai! Le retour à soi, sans téléphone/écrans/distractions - même le temps d’une micro-sieste!

  • le soleil et suffisamment de vitamine D indispensable au système immunitaire (voir mon article http://www.healthyinparis.fr/post/la-vitamine-d)

  • un sommeil de qualité : c’est un sommeil réparateur; pendant le sommeil, notre organisme n’est pas sensé digérer. Assurez-vous de manger au plus tard 2h avant le coucher (idéalement 3 ou 4h). La nuit est le moment où nos organes et glandes se réparent et se régénèrent.

  • mouvoir son corps régulièrement afin de faire circuler les liquides (sang et surtout lymphe qui n’a pas de cœur la pompant) et aider le corps à débarrasser les toxines via le foie/intestins et les reins.

  • des relations sociales saines - le sens d’appartenance à une communauté

  • un ikigai, ou raison de se lever le matin, propre aux habitants d’Okinawa

  • une forme de spiritualité


En d’autres termes, il ne s’agit pas de tuer le moustique (d’ailleurs c’est impossible de contrôler notre exposition à des pathogènes tels que le coronavirus), mais d’assécher le marais!


Vous pouvez suivre les mesures prises par le Gouvernement à l'adresse https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus