Vin biologique, vin biodynamique, vin naturel….quelles différences? Que choisir à la foire aux vins

Par Tiphanie Tueni, Naturopathe à Paris 16ème



Tout naturopathe qui se respecte vous dira de prime abord que la consommation d’alcool est néfaste pour la santé, notamment à cause de son hépatotoxicité et son apport en calories.

D’un autre côté, on sait aussi que le vin rouge est partie intégrante de la diète méditerranéenne et qu’il constitue un apport intéressant en polyphénols, notamment le resveratrol, aux propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires.


Donc, à la veille de la foire aux vins, quel vin choisir selon les critères du naturopathe, à la fois épicurien et soucieux de sa santé?


Voici un aperçu des vins, partant du « moins sain » au « plus pur » :


En premier lieu, on trouve les vins issus de la filière conventionnelle, que l’on devrait éviter à cause de la longue liste de produits (intrants) et de techniques autorisées dans leur élaboration. Sans parler des produits phytosanitaires, lorsqu’on sait que les raisins non bio comptent parmi les fruits les plus riches en pesticides!

Vient ensuite le vin biologique commercialisé depuis 2012 et que l’on croirait pourtant

« sain ». En réalité, la longue liste d’intrants autorisés ne met pas l'eau à la bouche. Qui a envie de colle de poisson, de copeaux de bois ou de levures industrielles dans son vin? En effet il faut savoir que si l’utilisation d’insecticides n’est pas autorisée, l’acidification et la désacidification, le traitement thermique, l’ajout de tanins, d’argile, de gélatine….et j’en passe, sont autorisés.

Lors de la dégustation, faites appel à tous vos sens - savourez-le en pleine conscience et en l’appréciant.

En continuant notre ascension, on trouve le vin issue de l’agriculture dite bio-dynamique, inspirée des travaux de Rudolf Steiner (1861-1925), à l’origine de l’anthroposophie.

Celle-ci vise à enrichir le sol afin qu’il y ait une réelle osmose entre la terre et les vignes. On peut dire que les vignerons sont de vrais « naturopathes du sol ». Ils s’efforcent en effet de

« renforcer le terrain » des vignes en valorisant le sol grâce à des préparations issues de matières végétale, animale et organique, lesquelles sont appliquées en fonction du calendrier lunaire et la terre est travaillée par des labours et griffages.

Il s’agit vraiment de « dynamiser » la plante en favorisant la qualité intrinsèque du terroir en respectant le développement des micro-organismes et des bactéries.

Si l’on devait appliquer cette méthode à l’être humain, ce serait l’équivalent d’une hygiène de vie visant à établir un microbiote sain, équilibré et diversifié!

La production de vins bio dynamiques est régie par deux certificateurs importants: DEMETER et BIODYVIN :








On trouve ensuite le vin dit « naturel ». C’est un vin qui va plus loin, puisqu’aucun intrant ni aucune technique visant à altérer le jus d’origine ne sont utilisés à part le soufre. Au sein de cette catégorie, on trouve le nec plus ultra : les vins Sans Aucun Intrants Ni Sulfites (S.A.I.N.S) qui ne contiennent que des sulfites naturels.


A titre comparatif, voici le taux moyen de soufre en fonction de la qualité du vin:

  • Vins rouges conventionnels normes E.U.: 160 mg/L de soufre (peut aller jusqu’à 200 mg/L pour le vin blanc)

  • Vins rouges issus de l’Agriculture Biologique: 100 mg/L de soufre

  • Vins rouge Demeter (biodynamique): 70mg/L de soufre

  • Vin rouge Association des Vins Naturels (S.A.I.N.S): 30mg/L de soufre naturellement présent

Enfin, lors de la dégustation, faites appel à tous vos sens - savourez-le en pleine conscience et en l’appréciant. Comment on déguste un vin est tout aussi important que la qualité du vin. Comme je dis toujours, mieux vaut attendre d’être serein pour manger, que de manger une carotte bio en étant stressé!


A votre santé !

17 vues